INFORMATION CORONAVIRUS
L’organisation du groupe Océan Imagerie est modifiée pendant cette période d’épidémie afin de préserver la santé des patients et de nos équipes.

Nos différents cabinets et cliniques sont ouverts pour les examens urgents, l’activité de cancérologie et le suivi de grossesse hors signes évocateurs d’infection COVID19 (toux, fièvre…).

L’accueil a été repensé afin de réduire le temps d’attente et respecter la distanciation sociale. L’espacement des examens permet quant à lui la désinfection des équipements entre chaque patient.

Le respect du confinement ne doit pas laisser empirer votre santé.
Continuez à consulter votre médecin et à réaliser les examens qu’il vous prescrit.

Merci de nous contacter aux numéros suivants :
05 59 22 47 47 (Pays Basque) / 09 80 50 50 00 (Landes)

Les examens reportés au début de l’épidémie sont reprogrammés en fonction du caractère d’urgence. Vous serez contactés progressivement par nos équipes pour fixer un nouveau RDV.

conseil

BIOPSIES MAMMAIRES

Une biopsie consiste à prélever un petit morceau d’une lésion présente dans le sein afin de la faire analyser en anatomopathologie et de déterminer sa nature.
Il y a 2 types de biopsies mammaires :
-les microbiopsies qui se pratiquent sous contrôle échographique et qui peuvent être réalisées en cabinet de radiologie.
-les macrobiopsies qui nécessitent un appareil particulier et qui sont réalisées à la clinique Belharra.

LES INDICATIONS DE BIOPSIES MAMMAIRES

Des biopsies sont en général préconisées à la suite d’un bilan mammographique et échographique.
Votre mammographie a décelé une anomalie et une échographie a le plus souvent été réalisée en complément retrouvant une lésion dans le sein. Avec la mammographie et l’échographie on ne peut déterminer avec certitude la nature des lésions décelées (bénigne ou maligne) et donc une biopsie complémentaire est nécessaire.
Si la lésion se voit bien en échographie (en général sous la forme d’un nodule) on réalisera des microbiopsies sous guidage échographique.
Si la lésion ne se voit qu’en mammographie (en général un foyer de microcalcifications voire une désorganisation de l’architecture du sein) on réalisera des macrobiopsies sous contrôle stéréotaxique, couramment appelées « mammotome ».

COMMENT SE DÉROULE UNE MICROBIOPSIE ?

Celle ci se déroule en salle d’échographie. Vous êtes allongée sur le dos comme pour une échographie classique.
Le radiologue commence par refaire l’échographie afin de bien repérer la lésion à prélever.
Puis on prépare de façon stérile le matériel nécessaire et on réalise une désinfection du sein par simple application d’un antiseptique.
Une anesthésie locale est ensuite effectuée : celle ci consiste en une injection à l’aide d’une fine aiguille d’un produit anesthésiant dans la zone du sein où se trouve la lésion. Cette injection peut-être un peu douloureuse mais l’effet anesthésiant est obtenu quasi immédiatement.
Ensuite les biopsies seront réalisées à l’aide d’une aiguille spéciale permettant de prélever des petits morceaux de la lésion, sous contrôle de l’échographie, afin d’être sur que le prélèvement se fait bien dans la lésion. En général 3 « morceaux » ou carottes sont prélevés, parfois plus si nécessaire.
Enfin un pansement simple est appliqué.
L’ensemble de la procédure dure en moyenne une vingtaine de minutes.

COMMENT SE DÉROULE UNE MACROBIOPSIE ?

Vous êtes convoquée à la clinique Belharra. Lors de la prise de rdv on vous délivrera une ordonnance avec la matériel (pansement, etc…) à aller retirer dans votre pharmacie habituelle et avec également un traitement à base d’Arnica à commencer avant l’examen.

En général les macrobiopsies sont effectuées sous contrôle mammographique avec un appareil dédié à cette procédure.
Vous serez installée sur une table d’examen particulière, allongée sur le ventre, le sein passant dans un orifice de la table prévu à cet effet. Puis la table est montée assez haut afin que l’on puisse positionner correctement votre sein au niveau du mammographe.
Toute la procédure se déroulera donc en dessous de vous.
Les lésions étant souvent de petite taille, il est nécessaire d’être très précis et il est donc indispensable que vous restiez bien immobile pendant toute la procédure.

Dans un premier temps on effectue plusieurs clichés de mammographie afin de positionner de façon optimale le sein et de bien cibler la lésion à prélever. Comme pour la mammographie classique on applique une compression sur le sein pour améliorer la détectabilité de la lésion et également pour immobiliser le sein
Puis une anesthésie locale est effectuée comme lors des microbiopsies.
Ensuite on introduit dans le sein, qui est endormi, une aiguille reliée à un appareil permettant d’inciser et d’aspirer des petites carottes de tissu mammaire.
A chaque étape on refait un ou 2 clichés de mammographie afin de confirmer la bonne localisation des prélèvements.
Il arrive régulièrement que la biopsie enlève toute la lésion, dans ce cas, toujours à l’aide de cette aiguille spéciale, on positionne un petit clip métallique à l’endroit des prélèvements qui servira de repère pour le chirurgien s’il se révèle que la lésion doit être opérée.
Enfin on effectue une compression avec de la glace sur le sein pendant une dizaine de minutes afin de limiter la survenue d’hématome. Puis on vous fait un pansement compressif en vous expliquant les consignes de surveillance et de changement de pansement.

L’ensemble de la procédure dure en moyenne une heure.

Plus rarement, dans des indications plus limitées, on peut réaliser des macrobiopsies sous contrôle échographique. Celles ci se dérouleront comme des microbiopsies mais en utilisant un autre type d’aiguille et en effectuant à la fin une compression et un pansement comme décrit ci-dessus.

QUELLES SONT LES COMPLICATIONS POSSIBLES ET COMMENT SE DEROULE LES SUITES D’UNE BIOPSIE ?

La principale complication est la survenue d’un hématome qui peut être immédiat ou secondaire.
Celui-ci peut être variable, souvent plus important après une macrobiopsie. C’est pour cela que l’on vous fait un pansement compressif.
En général le seul moment un peu douloureux est la piqure de l’anesthésie locale. Si vous continuez à avoir mal lors de la suite de la procédure, il faut le signaler afin que l’on renforce l’anesthésie.
Les complications infectieuses sont très rares grâce aux conditions d’asepsie observées.
De même que le risque de léser un organe plus profond est tout à fait exceptionnel car le geste se fait avec un contrôle échographique ou mammographique de la position de l’aiguille.

Les suites des biopsies sont simples, vous pouvez reprendre votre activité habituelle immédiatement (en évitant néanmoins les sports extrêmes !)

Les prélèvements sont envoyés pour analyse au laboratoire d’anatomopathologie. Il faut compter entre 8 et 10 jours pour avoir les résultats. Ceux-ci sont envoyés au radiologue qui vous a fait la biopsie ainsi qu’à votre médecin traitant, votre gynécologue ou tout autre médecin de votre choix.

Après une macrobiopsie, on programme une mammographie de contrôle environ une semaine après, afin de vérifier le bon positionnement du clip et contrôler un éventuel hématome. En général lors de cette consultation, le radiologue vous annonce le résultats des biopsies et vous explique la conduite à tenir en fonction du type de lésion (chirurgie ou surveillance).

Il est important d’informer le radiologue si vous avez des allergies (en particulier à la bétadine et aux produits anesthésiques), des troubles de la coagulation sanguine ou si vous prenez un traitement fluidifiant le sang.
Par précaution un bilan sanguin contrôlant la coagulation peut vous être prescrit avant l’examen.

PONCTIONS ÉVACUATRICES DE KYSTES

Les kystes du sein sont des lésions très fréquentes et tout à fait bénignes. Leur aspect échographique est en général caractéristique et ne nécessite pas de biopsie complémentaire.
Il peut arriver qu’un kyste grossisse et devienne douloureux et gênant, tout en restant toujours tout à fait bénin. Dans ce cas on peut vous proposer une ponction évacuatrice de ce kyste afin de vous soulager.
Celle-ci se réalise sous contrôle échographique et consiste à piquer avec une aiguille simple à travers le kyste et à le vider en aspirant, à l’aide d’une seringue, le liquide se trouvant à l’intérieur. Une anesthésie locale préalable peut être parfois réalisée.

 

TELECHARGER LA FICHE ET LE QUESTIONNAIRE