INFORMATION CORONAVIRUS
L’organisation du groupe Océan Imagerie est modifiée pendant cette période d’épidémie afin de préserver la santé des patients et de nos équipes.

Nos différents cabinets et cliniques sont ouverts pour les examens urgents, l’activité de cancérologie et le suivi de grossesse hors signes évocateurs d’infection COVID19 (toux, fièvre…).

L’accueil a été repensé afin de réduire le temps d’attente et respecter la distanciation sociale. L’espacement des examens permet quant à lui la désinfection des équipements entre chaque patient.

Le respect du confinement ne doit pas laisser empirer votre santé.
Continuez à consulter votre médecin et à réaliser les examens qu’il vous prescrit.

Merci de nous contacter aux numéros suivants :
05 59 22 47 47 (Pays Basque) / 09 80 50 50 00 (Landes)

Les examens reportés au début de l’épidémie sont reprogrammés en fonction du caractère d’urgence. Vous serez contactés progressivement par nos équipes pour fixer un nouveau RDV.

conseil

QU’EST-CE QUE LE CONE BEAM?

Le Cone Beam, ou Cône beam, ou « Imagerie volumétrique par faisceau conique » parfois désigné par l’acronyme CBCT (pour « Cone beam computed tomography ») est une technique de tomodensitométrie permettant de produire une radiographie numérisée. Utilisant un faisceau conique de rayons X, cette technique est située entre le panoramique dentaire et le scanner.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LE CONE BEAM ET LE SCANNER ?

Le scanner et le cône beam se différencient principalement par leurs configurations. La technique du cône beam consiste recueillir via un récepteur plan des données sous la forme d’un volume cylindrique projeté par un faisceau de rayons ouvert (conique), en une seule rotation. Le scanner quant à lui émet un faisceau très fin vers plusieurs capteurs et doit effectuer plusieurs balayages pour réaliser toutes les coupes nécessaires à un examen. Le cône beam se distingue par ailleurs par son unité isométrique qui fournit une image identique dans tous les plans de l’espace, contrairement à celle du scanner qui peut présenter des imprécisions sur la topographie d’un élément anatomique. Il offre ainsi une résolution nettement supérieure sur les structures osseuses. En revanche, du fait de sa dosimétrie plus faible, il produira une faible résolution en contraste, et sera peu efficace pour l’évaluation de la densité, et donc des tissus mous, pour laquelle le scanner reste plus indiqué. Une acquisition plus flexible et moins irradiante

En effet, doté d’un générateur moins puissant que celui d’un scanner, le cône beam délivre en général des doses d’irradiation 2 à 4 fois inférieures. Cette réduction de l’irradiation sera d’autant plus confortée par la flexibilité du concept qui à l’inverse du scanner, offre la possibilité de réaliser une acquisition volumique partielle en limitant le champ d’examen uniquement sur une partie du complexe crâno-facial (une mâchoire, une arcade…). Ces deux aspects feront du cône beam l’examen de choix en seconde intention, en médecine dentaire.

A QUOI SERT LE CONE BEAM ?

Le Cone Beam est le plus souvent utilisé pour examiner la dentition, les sinus, l’ossature maxillo-faciale ainsi que certaines articulations (poignets, chevilles…). Il a des applications dans plusieurs disciplines comme la médecine dentaire, l’orthodontie, l’implantologie, la chirurgie buccale ainsi que la chirurgie maxillo-faciale et ORL. Cet examen permet d’identifier des infections, des fractures, des kystes, des lésions osseuses, des fêlures de la racine des dents, voire des corps étrangers. Il sert aussi à évaluer le volume osseux et la position des nerfs en vue de la pose d’implants. Grâce à la modélisation en 3D, il permet de choisir la taille et la forme des implants en fonction de la morphologie du patient.