Membre du réseau Vidi
#

Accueil Ocean Imagerie

Radiologie interventionnelle

radiologie interventionnelle

Thermocoagulation / Rhizolyse des articulaires postérieures

Indications

Quels sont les traitements possibles de l’arthrose zygapophysaire?

Les crises douloureuses se soignent par du repos, des médicaments antalgiques et anti-inflammatoires ainsi que par des séances de kinésithérapie ou d’ostéopathie.

Lorsque des douleurs permanentes, également appelées chroniques, s’installent, le traitement reste alors le plus souvent médical. Il associe la poursuite de la kinésithérapie avec rééducation posturale, des conseils d’hygiène du dos, la pratique de sports sans contrainte telle la natation…

Lorsque les articulaires sont en phase inflammatoire, ce qui peut être visualisé en I.R.M., nous pouvons proposer des infiltrations guidées par scanner à l’aide de corticoïdes

Lorsque les articulaires ne sont plus en phase inflammatoire, nous pouvons alors proposer la rhizolyse.

Lorsque tous les traitements médicaux ne suffisent plus à calmer les douleurs, un traitement chirurgical pourra être proposé, l’arthrodèse, et qui consistera à bloquer plusieurs étages vertébraux, afin de supprimer les mouvements à l’origine des douleurs.

En quoi consiste l’intervention ?

Qu’est ce qu’une Rhizolyse?

La rhizolyse articulaire postérieure encore appelée Thermocoagulation Facettaire est une intervention non invasive consistant en la suppression de la conduction du signal d’un rameau nerveux postérieur de la colonne vertébrale innervant les articulaires postérieures et transmettant la douleur lombaire.

Le but de cette intervention est de supprimer la douleur, sans toucher aux articulaires lombaires

Comment expliquer la lombalgie par arthrose lombaire?

Les douleurs lombaires peuvent avoir de multiples causes, en particulier l’arthrose Inter apophysaire postérieure dans la moitié des cas, mais également l’usure discale avec ou sans hernie.

Le rachis est formé par la superposition des vertèbres, reliées entre elles par les disques intervertébraux en avant et par les articulaires postérieures ou articulation zygapophysaire en arrière.

Les disques permettent d’amortir les contraintes mécaniques et les articulaires postérieures servent à la fois à la stabilité et à la mobilité des vertèbres.

Les articulaires postérieures sont innervées par de petits nerfs sensitifs qui transmettent l’information douloureuse en cas de pathologie.

L’activité physique intense et prolongée, la surcharge pondérale, les troubles de la statique du rachis, peuvent être responsables d’une usure du cartilage des articulaires postérieures, encore appelée arthrose zygapophysaire.

L’arthrose est responsable d’une hypertrophie osseuse et d’une perte de mobilité, génératrices de contraintes sur les nerfs sensitifs, à l’origine des lombalgies.

Déroulement de l’intervention ?

Comment se passe une rhizolyse ?

Cette intervention est réalisée au bloc opératoire, dans une salle de haute technologie, dite salle hybride, permettant des conditions de réalisation optimales en particulier au niveau de la précision du guidage ainsi que de l’hygiène (asepsie).

La procédure est faite sous une anesthésie légère (sédation)

La procédure est faite sous une anesthésie légère (sédation)

Ce geste est entièrement percutané : il n’existe aucune incision, ne sont utilisées que des aiguilles de faible calibre.
L’hospitalisation est en ambulatoire : entrée en début d’après-midi et sortie 3 à 4 heures plus tard.

Le patient est installé sur le ventre.
Un contrôle radiographique ( en 2D ) et scanographique ( en 3D ) permet un positionnement très précis des canules.

Des tests sensitifs sont réalisés afin de vérifier que les stimulations correspondent à la douleur ressentie habituellement par le patient.

Des tests moteurs sont ensuite conduits afin de s’assurer qu’il n’existe aucune contraction musculaire, permettant d’éviter tout risque de lésions des nerfs des jambes.

Le radiologue positionne une électrode au travers de cette canule et réalise une thermolésion des ramifications nerveuses au contact des articulaires durant 90 secondes à une température de 80°C.
Plusieurs séquences thérapeutiques sont réalisées afin de traiter l’ensemble des articulaires responsables des symptômes.

Au décours du traitement des tests sensitifs sont de nouveau réalisés permettant de s’assurer de la régression des symptômes préopératoires.

La durée de la procédure est d’environ 30 à 40 minutes.

Un générateur de Radiofréquence de dernière génération, de marque Stryker Multigen 2, est utilisé.

La consultation préthérapeutique

Avant toute décision d’intervention il est nécessaire que vous rencontriez votre radiologue avec l’ensemble de votre dossier. Il pourra vous écouter, vous examiner et vous expliquer les différentes opportunités thérapeutiques, les bénéfices attendus ainsi que les risques potentiels.

Vous devrez lui amener votre bilan d’imagerie médicale ( radiographies, scanner et/ou I.R.M.), vos bilans biologiques, la liste des médicaments que vous prenez, et lui exposer vos antécédents médicaux et chirurgicaux, vos allergies.
Dans certains cas, il pourra être nécessaire d’interrompre temporairement un traitement anticoagulant.

Vous prendrez avec votre radiologue la décision du type d’anesthésie : anesthésie locale et/ou sédation.
Si vous prenez la décision d’une anesthésie générale, vous devrez alors vous rendre en consultation avec un médecin anesthésiste afin de valider cette opportunité.

N’hésitez pas à poser toutes les questions à votre radiologue durant cette consultation.

Consultation post thérapeutique

Votre radiologue souhaite vous revoir trois semaines à un mois après l’intervention afin d’évaluer avec vous les bénéfices cliniques, et d’envisager la suite de votre prise en charge.

Informations importantes

Bon à savoir

Quelles sont les bénéfices attendus de la rhizolyse ?

La Rhizolyse ne guérit pas l’usure des articulaires vertébrales.
Il s’agit d’une technique mini invasive permettant un traitement antalgique agissant sur les symptômes de la maladie.

Le début d’efficacité est attendu 15 jours à 3 semaines après le geste.
En cas de douleur provenant seulement des articulaires postérieures, le taux de succès escompté est de 85 % sur une période moyenne de 11 mois, pouvant s’étendre jusqu’à 5 ans.
Si cette technique a déjà été réalisée avec un effet positif et durable, elle pourra être renouvelée avec le même bénéfice attendu.

En cas d’échec ou d’efficacité trop brève, il pourra être envisagé une solution chirurgicale.

Quels sont les risques éventuels ?

Les risques de cette intervention sont très faibles.

Le risque principal est l’efficacité partielle sur la lombalgie. En effet les causes de douleurs lombaires peuvent être multiples.

Le risque générique lié à toute intervention avec anesthésie générale, létal, en particulier lorsqu’il existe des terrains pathologiques cardio-vasculaires, des allergies, est bien sûr exceptionnel.

Les risques particuliers liés à cette technique:

  • hématome sur le trajet de ponction : exceptionnel et minime compte-tenu de la finesse des aiguilles
  • infection : risque inexistant en raison des conditions d’asepsie stricte réalisées au bloc opératoire
  • fourmillements dans les jambes: exceptionnels, lors de variations anatomiques des nerf de la jambe, le plus souvent régressifs spontanément en quelques jours.

Type d'intervention

Geste percutané

Type d'hospitalisation

Ambulatoire

Type d'anesthésie

Sédation

efficacité

Notre engagement

une permanence
des soins

Notre équipe médicale de radiologues et d’anesthésistes assurent une permanence des soins avec système d’astreinte 24h / 24h , 7 jours sur 7 pour une prise en charge optimale des patients .

Nous réalisons des gestes en urgences : embolisation d’hémorragie de la délivrance, embolisation digestive, embolisation d’épistaxis, réalisation d’abords veineux (Picc Line), drainages de collections…

24H/24H

7 jours/7

Aller au contenu principal